Début d'une nouvelle période électorale !

26/01/2021 03:04:26

Les nouvelles élections municipales débutent !
Les Maires sont arrivés en fin de mandat : ceux qui le souhaitent peuvent donc aller s'inscrire aux élections.

A compter de ce jour, vous avez une semaine pour déposer votre candidature à la Mairie !
Passé ce délai, la période de vote débutera et les inscriptions seront bloquées.

Notez que les candidats inscrits disposent de la possibilité d'envoyer un (et un seul) message collectif aux habitants de leur ville.
Cette fonctionnalité reste accessible jusqu'à la fin de la période de vote. Prenez le temps d'y réfléchir !

Rappel : Il est interdit pour les personnes étant plusieurs à jouer depuis un même lieu de présenter plus d'une candidature (et par la suite d'effectuer plus d'un vote) pour l'ensemble de ces personnes.

InfoState, L'information d'ImmoState.

17/01/2021 20:32:17

Chers lecteurs, chères lectrices,

 

Suite à nos précédentes parutions, nous avons reçu de nombreuses questions et surtout... nous avons reçu la date de l'effondrement de l'économie, vous en saurez plus dans cet article.

« L’économie mondiale n’a pas simplement mis un genou à terre, elle va s'effondrer… »

L’économie mondiale n’a pas simplement mis un genou à terre, elle va s'effondrer… très prochainement !

C'est avec une certaine gravité que nous vous avons annoncer que l'économie mondiale avait mis un genou à terre... Maintenant nous savons exactement ce qu'il va se passer, très prochainement !

Pour résumer la situation, voici ce qui va arriver :

Sur le plan économique :
Nous allons subir une dévaluation de la monnaie, d'un montant de 1.000.000 d'oros (Donc 1.000.000 oros ancien, vaudront 1 oros nouveau)
Sur le plan Entreprise :
Les ventes de 14h seront supprimées, restera donc qu'une seule rotation de vente pour les entreprises, celle de 3h du matin, sur le marché d'ImmoState.
La taxe sur la plus-value sera augmentée à 35% au lieu de 20% actuellement.

 

Nous avons omi un détail important :

Une nouvelle norme immobilière, au niveau des fondations des constructions, va impacter fortement le marché. Ainsi les biens possédés UNIQUEMENT vont dévaluer ! La nouvelle norme les rendants totalement hors du temps. Mais les nouveaux biens immobilier que nous pourrons acheter ne seront pas, quant à eux, dévalués !

Nous avons reçu de nombreuses questions concernant cette annonce, et nous nous sommes rapproché du Gouvernement ainsi que des Banques Centrales pour vous apporter un maximum de réponses.

Voici quelques exemples :

QUESTION 1 :
Bonjour,
Suite à l'annonce de la dévaluation, au niveau des prêts que l'on a en cours, comment ça se passe ? Ils sont divisés par 1M aussi ?
QUESTION 2 :
Qu'est-ce que cette dévaluation implique pour le prix des biens ? Vont-ils se voir eux aussi divisé par 1 million ?

Pour être sûr de ne rien louper, nous avons décidé, dans cet article, de vous apporter un maximum d'informations et d'exemple pour plus de clarté.

Concernant notre argent :

L'ensemble de vos Oros vont être dévalués, et donc divisés par 1.000.000.

L'ensemble de vos emprunts/livrets seront également dévalué de cette même somme. (Et les montant de remboursement seront réadaptés en conséquence par les banques)

Concernant les biens immobilier :

Ceux possédés seront dévalués de 1.000.000, les loyers/charges/impôts seront ajustés en conséquence.

Ceux non possédés (à acheter) ne seront pas dévalués, ils garderont la même valeur. (Suite à cette nouvelle norme dans la construction)

Exemple :
Quadruple complexe résidentiel géant luxueux

A l'achat, il conservera ses caractéristiques :
Valeur : 679.854.797 Ø
Loyers : 4.594.576 Ø
Charges : 1.006.128 Ø
Impôts : 508.952 Ø.

Mais celui que vous possédez déjà,
Valeur : 679 Ø
Loyers : 5 Ø
Charges : 2 Ø
Impôts : 1 Ø

Concernant les entreprises :

Les fonds détenus, ainsi que les emprunts/livrets etc. seront bien entendu également dévalués de 1.000.000, les mensualités/loyers/charges/impôts seront ajustés en conséquence.

Les biens à achetés seront sur la nouvelle norme de construction, ainsi pas de dévaluation pour eux !

 

Ainsi, nous pouvons déjà vous donner quelques conseils :

Concernant vos biens immobiliers perso :

Il est recommandé de vendre, dès que possible, l'ensemble des biens d'un montant inférieur à 600.000.000 oros. (600M oros).

Même si en effet, en dessous il vous resterait encore de la valeur, le loyer quant à lui est plus qu'incertains ! En effet, ce serait dommage de se retrouver avec un bien vous coutant des charges, mais ne rapportant pas de loyer !

Concernant vos biens entreprises :

Il est recommandé de vendre, dès que possible, l'ensemble des biens entreprises d'un montant inférieur à 800.000.000 oros. (800M oros)

Concernant vos entreprises :

Si vous possédez des entreprises d'un montant interne (biens immobiliers + fonds) inférieur à 10 000 000, il est également recommandé de les mettre en liquidation et en faire la cessation !

 

Pour plus de simplicité, nous vous avons réalisé un résumé rapide concernant l'ensemble des points vous concernant :

Qu'est-ce qui sera dévalués/ajustés ?

Votre patrimoine personnel :
- Votre argent détenu
- Portefeuille bourse
- Biens immobiliers détenus (valeur, loyer, charges, impôts)
- Emprunts / livret / Compte Epargne (Valeur & versements)

Votre entreprise :
- L'argent détenu, dormant.
- Biens immobiliers détenus (Valeur, loyer, charges, impôts)
- Emprunts / livrets / comptes épargnes (valeur & versement)
- Les levées de fonds actuelles (les fonds en transition)
- Primes - Marketings

Votre groupe :
- L'argent détenu, dormant.
- Emprunts/livrets/comptes épargnes
- Aides/Cotisations/Tickets Entrées
-Sortie de groupe.

Dans la Mairie :
- Liquidités dans la Mairie
- Liquidités dans la CS
- Liquidités dans le BAR
- Emprunts / livret / compte épargne
- Salaires (Maire, Conseiller, barman, DBM, Retraite)

Dans la Banque Municipale :
- Livret, Compte épargne, emprunt
- Capitaux des BM

Dans les journaux :
- Fonds détenus

Divers :
- Les nouveaux arrivant seront aidés par l'état, par une aide dévaluée.
- Les jeux concours seront également dévalués.

 

Mais, qu'est-ce qui ne va pas être dévalué, du coup ?

 

Votre patrimoine personnel :
- Les biens immobiliers à l'achat

Votre entreprise :
- Les biens immobiliers à l'achat

Dans la Mairie :
- Les biens de service, leur montant, leur coûts etc.

 

Nous espérons que cela vous apportera un maximum d'informations.

Mais vous allez nous demander : Mais la date alors ?

Suite à nos informations, nous pouvons vous indiquer la date prévue pour la dévaluation de notre monnaie, mais également les modificatifs sur les entreprises : Le Vendredi 22 Janvier 2021 !

Nous en profitons également pour vous annoncer que le Gouverneur, en personne, prendra la parole prochainement !

 

C'est avec tristesse que nous vous avons apporté ces mauvaises nouvelles, dans ces 4 derniers articles, celui-ci inclus.

Soyez fort, prenez les bonnes décisions, et bonne dévaluation !

InfoState, L'information d'ImmoState.

13/01/2021 20:19:13

Chers lecteurs, chères lectrices,

Suite à nos précédentes parutions, nous avons continuer à investiguer et surtout, nous avons des nouvelles à vous faire parvenir !

« L’économie mondiale n’a pas simplement vacillé, elle a mis un genou à terre… »

L’économie mondiale n’a pas simplement vacillé, elle a mis un genou à terre pour la première fois depuis 2009. Les bouleversements dus à la pandémie sont sans précédent. Ils touchent l’économie, mais ont également des impacts sur la société. Oui, cette crise a mis en relief les défaillances sociales et les effets inhérents à l’impact sur nos conditions de vie.

L’OCDE indique dans son dernier rapport que cette pandémie est à l’origine de la plus grave période de contraction économique sur le dernier siècle.
Sur le plan humain, la Covid-19 est responsable directe de cette contraction économique suite à un confinement strict par lequel bon nombre de villes ont dû passer, ont eu un impact réel sur l’économie de la plupart des villes, peu importe leurs tailles ou richesses respectives.
Cette crise a vu baisser le revenu par habitant de manière spectaculaire. Un chiffre impressionnant découlant de l’arrêt du commerce, la baisse des investissements (Dans la Banque Nationale), mais aussi de la multiplication des dépenses publiques et privées dans le cadre des plans de relance et de gestion de la crise.

En simplifié ? D'un côté nous avons une pandémie impactant les habitants, les empêchant de continuer leurs dépenses habituelles, freinant l'économie de diverses entreprises. Des entreprises en souffrance devant être aidée par l'état, et ce servant de ces aides pour faire de la spéculation faussée, leur faisant réaliser des progressions records sur... du vent ! De l'autre côté, un Gouvernement réagissant en aidant un maximum et redistribuant les prêts de la planche à billets, et ne pouvant rembourser ses emprunts.
Madame LABARDE a voulu réagir au mieux, en augmentant les taux, mais l'augmentation trop forte de ceux-ci, en ayant également une incapacité d'emprunt de certains habitants suite au covid, force l'économie à déposer son second genoux à terre !

 

Nous avons réussi à nous rapprocher de Madame Christine LABARDE, à ce sujet.

POUVEZ-VOUS NOUS FAIRE UN RETOUR SUR L'ETAT ACTUEL ECONOMIQUE ?

CHRISTINE LABARDE :

Nous sommes aujourd'hui sur un point de non retour. Nous avons réagis avec l'aide du gouverneur en offrant un maximum d'aides aux entreprises d'Immostate, celles-ci en ont profité pour réaliser des bénéfices records sur la bourse, creusant notre économie et détraquant totalement ce que notre économie signifie réellement. Un déréglement des richesses sans précédant! Du jamais vu! Nous avons souhaité augmenter les taux suite à cela, pour récupérer de cette richesse, mais la covid-19 ajouté à une incapacité à emprunter a totalement sclérosé le marché actuellement. Nous avons fait ce qu'il fallait, mais trop tard... L'économie d'Immostate va tomber ! En quelque sorte, on peut dire qu'on va connaitre la plus grande dépression économique, bien plus forte qu'en 1930 et pour des raisons totalement différentes.

QUE VA-T-IL SE PASSER, CONCRETEMENT ?

CHRISTINE LABARDE :

Nous allons connaitre une crise importante, et le gouverneur, accompagné par les Banques, ont du prendre de lourdes décisions. Vous vous souvenez, quand l'ancien Franc est devenu le nouveau Franc ? Nous allons connaitre un phénomène similaire, où l'oros va devenir un Oros d'une autre valeure. Une dévaluation de la monnaie est inévitable. Mais au-delà de cette mesure, d'autres vont entrer en vigueur, comme nous l'annonçons dans le plan financier 2021 d'Immostate.

 

Suite à cette réponse de Madame LABARDE, nous nous sommes rapproché d'un économiste qui se rappelle de l'époque des anciens Francs :

MAURICE GIBIER :

Revoir les pièces à effigie de la Semeuse et les centimes, cela a remonté le moral de ceux qui avaient connu l’avant-guerre. Incidemment, on a réalisé une petite dévaluation au passage, mais le franc avait déjà divisé sa valeur d’un facteur 200 depuis 1914. Cela obligeait à trimbaler des chiffres à rallonge. Je me souviens d’une affiche pour la Renault 4 CV : 4 chevaux, 4 places, 400 000 francs ! (1956, je pense).

Nous pouvons donc se remonter le moral, indiquant qu'une dévaluation de l'Oros n'engendrera pas de pertes financières, mais juste un ajustement sur le plan économique pour éviter ces chiffres à rallonges.

CHRISTINE LABARDE :

En effet, la dévaluation en passant au nouvel Oros permettra d'éviter ces chiffres à rallonges comme vous le dites, mais aussi une méthode pour rattraper un trou économique importante et compenser une inflation certaine.

VOUS PARLIEZ DE DIVERSES MESURES EN PLUS DE LA DEVALUATION ?

CHRISTINE LABARDE :

Actuellement, nous avons décidé d'agir fortement pour diluer au mieux la crise économique. Nous n'avons pas beaucoup de choix, nous devons stopper cet escalade au niveau des entreprises qui valorisent du vent, faussant la bourse, et rétablir une pérennité dans notre économie fortement chamboulée. Pour ce faire, diverses mesures vont avoir lieux. La dévaluation de la monnaie, un changement concernant le circuit économique des entreprises, empêchant celles-ci de vendre plusieurs fois par jours, et aussi une augmentation des taxes sur la plus value !

 

Nos enquêteurs ont réussi à mettre la main sur le plan de finance 2021 d'Immostate, on peut vous révéler en détail ce qu'il va se passer !

Sur le plan économique : Nous allons subir une dévaluation de la monnaie, d'un montant de 1.000.000. (Donc 1.000.000 oros ancien, vaudront 1 oros nouveau).

Sur le plan Entreprise : Les ventes de 14h seront supprimées, restera donc qu'une seule rotation de vente pour les entreprises, celle de 3h du matin, sur le marché d'ImmoState. La taxe sur la plus-value sera augmentée à 35% au lieu de 20% actuellement.

 

Notre expert en économie vous propose donc quelques conseils pour les jours à venir :

FRANCIS POGNON :

Aux habitants : Chers habitants, aucun besoin de céder à la panique, rien ne changera l'avant de l'après dévaluation, nous continuerons notre vie comme actuellement. Pensez par contre, si vous avez des biens immobiliers à faible valeur, à les vendre avant la dévaluation pour ne pas vous retrouver avec des biens valant 0 oros !

Aux investisseurs : Chers investisseurs, de même pour vous et vos entreprises, même si vos stratégies financières vont sûrement changer après la dévaluation et les changements liés aux ventes et taxes. Si vous disposez d'entreprises avec faibles capitaux, nous vous recommandons également de liquider celles-ci avant la dévaluation, pour vous éviter d'arriver à des entreprises valant 0 oros !

Aux Maires et leurs équipes : Chers Maires et équipes municipales, vos villes vont se retrouver avec une chute forte de vos impôts que vous touchez. Nous imaginons que vous tenez fermement vos comptes et que vous les maitrisez. N'oubliez donc pas que la dévaluation va faire chuter vos impôts de cette même dévaluation ! Or vos bâtiments vont coûter aussi cher... Il est donc important pour vous de prévoir cette dévaluation et commencer à faire du "ménage". Ainsi, nous vous recommandons d'ajuster vos dépenses, en abandonnant des bâtiments, avant la dévaluation, et ainsi ne pas vous retrouver en négatif !

 

Notre équipe n'a pas encore reçu la date concernant l'application de cette dévaluation et l'ensemble de ces changements.
Mais nous ne pouvons de vous conseiller de réfléchir et agir au plus vite, pour ne pas vous retrouver dans l'embarras.

Nous avons réussi à réunir ces informations pour vous, en avant-première, et vous permettre de vous organiser, de vous projeter et surtout de dédramatiser cette situation.

Un prochain article arrivera d'ici quelques jours, dès que nous connaitrons la date effective de la dévaluation.
D'ici là, nous vous souhaitons une bonne réorganisation !

InfoState, L'information d'Immostate.

09/01/2021 21:34:09

Chers lecteurs, chers lectrices,

Suite à notre dernière parution, nous avons enfin reçu des réponses de la part du Gouvernement, MAIS PAS QUE !

Et ce que nous nous apprêtons à vous révéler, est surprenant !

 

Nous avons reçu l'interview exclusive d'un ancien pilier de la bourse. L'ancien numéro deux de la Bourse de Now Yerk est formel.

Il faut se préparer à vivre une crise financière mondiale et sans précédent, si le Gouvernement ne réagis pas rapidement et avec les bonnes actions ! A 74 ans, Georges Ugaux tire la sonnette d'alarme et en décrypte les actions à tenir et ce qu'il risque d'arriver à notre économie.

 

LA CRISE SERAIT PLUS DEVASTATRICE ENCORE QUE LES PRECEDENTES !

Cette crise sans précédent pourrait arriver, non pas des mauvais placements comme nous avons pu le connaitre dans le passé, mais bel et bien par le niveau extrêmement élevé de l'endettement des États!

GEORGES UGAUX :

Depuis des années, les États ont pu s'endetter dans des conditions excessivement favorables et ne s'en sont pas privés, et les taux n'ont pas été changé pour aider ImmoState à reverser de l'argent, la planche à billet n'a jamais cessé, et les aides pleuvent depuis des mois ! Le risque serait de voir apparaitre une augmentation des intérêts dans le remboursement de la dette de l'état, qui actuellement n'arrive pas à rembourser les aides versées de son côté. Les déficits budgétaires augmentent et menacent la notation du pays et donc la capacité à se refinancer sans exploser ! C'est arithmétique !

 

MAIS QUELLE SERAIT L'ETINCELLE D'UN TSUNAMI ECONOMIQUE ?

GEORGES UGAUX :

On ne peut pas prévoir un élément déclencheur, mais on peut savoir ce qu'il faut faire pour ne pas forcer la main à ce tsunami ! Les banques centrales et le gouvernement vont peut-être la déclencher par leur action. En se rendant compte de la dangerosité et du niveau de leurs emprunts d’État, certains de ces acteurs risquent de commencer à les vendre et lancer la spirale qui va faire grimper les taux d’intérêt et on connaît la suite.

 

QUELLE SOLUTION PRECONISEZ-VOUS ?

GEORGES UGAUX :

Il faut sortir du déni ! Les banques centrales doivent absolument arrêter progressivement de prêter de l’argent facile avant d'arriver à un stade d'arrêt complet qui serait dramatique. Et il faut réaliser une hausse graduelle des taux d’intérêt sortir d’urgence des taux négatifs sans avoir un arrêt net également des emprunts par les habitants dans la Banque Nationale. Je suis convaincu que lorsqu’on a des taux extrêmement bas, le fait de les bouger dans un sens ou un autre n’a aucun impact sur la décision d’un chef d’entreprise ou d’un ménage d’investir. Il faut à tout prix éviter que les investisseurs, entrepreneur et investisseurs stop leurs emprunts massifs au près des banque, sinon le gouvernement le suivra pas, et l'économie s'effondrera !

 

Suite à cet interview exclusive, nous avons reçu un retour de Madame Christine Labarde, sur les actions réalisées et les impactes.

CHRISTINE LABARDE :

Actuellement, nous avons pris le problème à bras le corps, nous nous sommes vite rendu compte du problème et nous avons agis ! Très rapidement, nous avons augmenté les taux de la Banque Nationale, d'un petit taux à celui qui nous permettrai de sortir la tête de l'eau efficacement après l'ensemble de ces prêts.

 

QUEL IMPACTE CETTE AUGMENTATION DE TAUX ?

CHRISTINE LABARDE :

Très mauvais ! Nous avions imaginé un scénario idéal, avec des emprunts continuant sur la même lancée. Or le COVID-19 a totalement changé le résultat ! Le flot de chômage partiel a sclérosé de nombreuses entreprises, les dirigeants ne se sont pas endetté comme nous l'aimerions, et ceci adossé à un taux d'emprunt élevé, rien ne s'est passé comme prévu ! Les habitants ont également été impactés à cause du COVID-19, les banques ne pouvant pas assurer des emprunts aussi aisés une personne en chômage partielle ou dans une structure bancale, d'une autre personne travaillant comme avant. Tout cela créant un soucis majeur... Des taux grandement augmentés, et des emprunts presque stoppés ! Nous n'avons pas de fonds rentrant pour payer nos obligations. Suite à cela, la décision des Banques Centrales a été d'arrêter totalement la planche à billets ! Ils ne fournissent plus de prêts au Gouvernement. Ils nous ont même indiqué qu'ils ne remettront pas d'argent dans les aides au gouvernement, tant que le COVID-19 persistera ! Mais pas d'inquiétudes, nous avons encore quelques jours pour trouver une solution et le gouvernement se démène pour trouver cette bonne idée, qui nous permettra de passer outre cette crise économique. Et un vaccin étant en préparation, peut-être que le problème COVID-19 se réglera et que les aides repartirons pour nous aider à amorcer un maintien économique ? Je ne répondrai pas à des questions supplémentaires.

 

Suite à ces interviews, nous espérons que le Gouvernement ainsi que les Banques trouveront une solution rapidement à un risque majeur pouvant arriver sur notre économie !

La suite dans une prochaine parution, qui nous l'espérons, apportera de bonnes nouvelles !

InfoState, L'information d'Immostate !

04/01/2021 14:01:04

InfoState, L'information d'Immostate !

Impact du COVID-19 sur l'ensemble de notre économie.

 

Ce document d'information nous vient d'une analyse de nos spécialistes, sur l'impact du COVID-19 sur l'ensemble de notre économie, tel que cela devrait se passer, et tel que cela se passe réellement.

 

La bourse devrait être le reflet de notre économie.

En temps de crise, les sociétés perdraient de leur valeur suite à un manque d'activité puis en fin de crise, avec la nouvelle croissance, le cours de leurs actions remonterait. Mais ce n'est pas comme cela que ça passe. Les places financières se portent bien, même très bien ! Nous allons donc analyser ce qui se passe réellement !

Côté entreprise, celles-ci reçoivent une aide du gouvernement, leur permettant de continuer à travailler à plein régime, de continuer à progresser et d'atteindre des rentabilités jusque là jamais atteintes ! Nous pouvons lire une rentabilité doublée depuis le début du COVID-19 ! Les entreprises ne cessent de nous impressionner, affichant des chiffres records, alors que l'ensemble du pays semble à l'arrêt, est-ce uniquement grâce aux aides du gouvernement ? est-ce dû à une surconsommation des habitants ? Est-ce une bulle qui risque d'exploser ?

Côté habitants, si on vous disait que vous pouviez gagner des centaines de milliers d'oros assis sur votre canapé ? c'est une réalité ! Nous avons recueilli un témoignage d'un retraité : "Je n'ai jamais fait d'aussi bonnes affaires en bourse que pendant cette période de crise. Pour pouvoir faire de l'argent, il faut acheter bas et revendre haut. Pour acheter bas, il faut une vraie crise", explique Francis Didier. Ce retraité amateur de la bourse n'est pas seul à réaliser de tels constats. Bon nombre d'entres eux réalisent des bénéfices sans égal, grâce à la bourse ! Mais que se passe-t-il réellement ?

 

Des marchés financiers dopés par les plans de sauvetage !

Comment est-il possible de s'emparer d'une telle somme quand la récession frappe le monde entier ? Les bourses affichent pourtant une santé insolente. Des marchés financiers dopés par les milliards d'oros versés par les banques centrales. Ainsi, selon nos analystes, nous pouvons comprendre qu'il s'agit d'un faux semblant ! D'un côté nous avons une récession dans l'ensemble du pays, le gouvernement qui s'endette chaque jour un peu plus pour fournir aux entreprises des aides grâce au plan de sauvegarde, et celles-ci trompent donc la bourse, affichant des rentabilités records !

On peut donc se demander, est-ce que le gouvernement peut continuer à faire tourner la planche à billets ? Est-ce que le gouvernement peut encore s'endetter ? Suite à ces interrogations, d'autres s'ouvrent à nous si nous poussons plus loin : Que se passera-t-il si demain... le gouvernement ne pleut plus s'endetter ? Si la planche à billets s'arrête ? Si... les aides cessent ?

 

Nos journalistes sont en attente d'un retour du gouvernement à ce sujet, pour situer nos possibilités et vous situer quant à l'avenir de notre beau pays et notre économie, croisons les doigts pour que notre gouvernement nous annonce de bonnes nouvelles !

 

Francois Longlais

Journaliste indépendant